Classement des communes en Algérie selon leurs ressources financières en 2012

Home / News / Algérie / Classement des communes en Algérie selon leurs ressources financières en 2012
Les ressources financières engrangées en 2012 par les 1.541 communes que compte le pays, y compris avec l’apport du Fonds commun des collectivités locales (FCCL), ont atteint 241,5 milliards de DA, selon des données du ministère de l’Intérieur. Hassi Messaoud est la plus riche commune du pays. Au nord, c’est la commune d’Oran, suivie par Dar El Beida (à l’Est d’Alger).
Hassi Messaoud ville

La commune, de loin, la plus « riche » en Algérie est la commune pétrolière de Hassi Messaoud dans la wilaya d’Ouargla (Sud-est du pays), avec des ressources de 8 milliards (mds) de DA en 2012. Outre Hassi Messaoud, 36 communes en Algérie sont considérées comme « très riches » avec des ressources annuelles dépassant 1 milliard de DA (MDA). Ce sont dans leur majorité des communes abritant des sites pétroliers ou gaziers, des zones industrielles, de grandes sociétés de production ou situées dans des zones frontalières. Il s’agit des communes d’Oran avec 4,65 MDA, suivie de Dar El Beida avec 4,5 MDA, Skikda (4,3 MDA), Cheraga (Alger avec 3,64 MDA), Béjaïa (3,11 MDA), Oued Smar (Alger – 3,1 MDA), Sétif (2,83 MDA), Constantine (2,8 MDA), Annaba (2,4 MDA), et Rouiba (Alger avec 2,36 MDA). Viennent ensuite les communes de Hydra (Alger- 1,9 MDA), Alger Centre (1,67 MDA), El Eulma (Sétif – 1,6 MDA), Batna (1,52 MDA), Blida (1,36 MDA), Tizi-Ouzou (1,33 MDA), Debdab (illizi-1,3 MDA), Ouargla, Djelfa et Bordj Bou Arreridj avec 1,25 MDA chacune, Akbou (Bejaia – 1,22 MDA) et In Amenas (Illizi-1,2 MDA). A Alger, les communes de Reghaia, El Biar, Kouba, et Bord El Kiffan (Alger), ainsi que Bethioua à Oran, ont toutes réalisé plus de 1,1 MDA de ressources.

Les communes les moins nanties en Algérie en termes de ressources financières, sont toutes des communes rurales. Il s’agit de : Souhane (wilaya de Blida) avec 25,7 millions de DA, suivie de Meridja (Bechar) avec 27 millions de DA et Ouled Bouachra (Médéa) avec 28 millions de DA. Un total de 425 communes sur les 1.541 ont réalisées des recettes annuelles supérieures à 25 millions de DA et inférieures à 50 millions de DA en 2012, alors que 682 communes enregistraient des entrées allant de 50 millions de DA à moins de 100 millions de DA. Quelque 400 communes recevaient des recettes allant de 100 millions à 1 milliard de DA et 36 communes engrangeaient enfin plus d’un milliard de DA chacune en 2012.

Hassi Messaoud – Bidonville

Mais le classement diffère quand il s’agit de prendre en compte le ratio de richesse/habitant, un deuxième paramètre qui est annuellement combiné avec le niveau de richesse pour pouvoir appliquer le dispositif de solidarité intercommunale (péréquation du FCCL). La commune de Debdab (Illizi), poste frontalier avec la Libye, qui compte 4.347 habitants, se retrouve ainsi en tête du classement avec 303.521 DA par habitant en 2012. Elle est suivie de la commune de Bordj Omar Driss (Illizi également) qui réalise 212.175 DA/an pour chaque habitant. La commune de Hassi Messaoud se classe troisième, selon ce ratio, avec 45.147 habitants et 178.599 DA pour chacun d’entre eux. In Amenas avec ses 7.385 habitants vient en 4ème position avec 162.543 DA/an/habitant suivie d’El Borma (Ouargla) avec 130.797 DA, Souhane (Blida) avec 99.000 DA pour chacun de ses 260 habitants. Les communes les « moins nanties » selon ce ratio, sont respectivement celles de Faidh El Botma et Messaâd dans la wilaya de Djelfa avec respectivement 3.843 DA/habitant et 3.944 DA/habitant, devancées par Aflou (Laghouat) et Mediouna (Relizane) avec un ratio de 4.000 DA/habitant.

 

 

Source : APS (21 mai 2013)

 

Laisser un commentaire